Cinéma / General

Cinéma : are you serious ?

Selon qui on a en face de soi, le cinéma devrait avant tout rester un art et ne pas se contenter de sujets de seconde zone… Ce qui, personnellement, a le don de “m’agaver” (oui, un mélange entre m’agacer et me gaver) sérieusement.

LUCY

LUCY – 2014 FILM STILL – Lucy (SCARLETT JOHANSSON) – Photo Credit: Universal Pictures

Vous avez 4 heures (lolilol). Non, je n’ai pas piqué cette question au dernier baccalauréat de philo. Mais quand je parle cinéma avec des gens, je rencontre deux écoles: ceux pour qui les films sont un passe-temps sympathique, et ceux qui pensent tout en connaître. Et ces derniers sont des gens dont l’opinion prévaut sur celle des autres parce qu’eux se sont bouffé beaucoup plus de films “intellectuels”. Et à cause de ça, ils sont incapables d’apprécier une bonne comédie franchouillarde ou le dernier Thor par exemple. Tout le reste leur parait forcément “débile”, comme si c’était une règle. “Ah mais non mais tu comprends pas, je sais que c’est du cinéma et qu’il faut pas se prendre la tête, mais franchement, j’aimerais bien qu’on nous serve autre chose qu’un mec qui lit dans les pensées ou qui sauve le monde quoi !”, disent-ils tous d’un air complètement blasé. C’est le genre de personne qui trouve qu’un succès planétaire est “surfait”, ou qui sont allés voir Intouchables parce que 20 millions d’entrées en France, ça les “intrigue”. Si vous demandez à ce genre de personne de vous citer leurs films préférés, le plus généralement, ils vont vous sortir une liste de films obscures dont vous n’avez quasiment jamais entendu parler. Et gardez vous bien de citer les vôtres s’il s’agit de science-fiction ou d’aventure !

C’est dans des contextes comme celui-ci que j’ai pu entendre de nombreuses critiques infondées à l’encontre de films comme Gravity ou même Lucy. Non, il ne s’agit pas uniquement que d’un voyage dans l’espace ou d’une femme aux pouvoirs surhumains. Les personnages évoluent et passent également par des phases psychologiques différentes. Dans Gravity, on ne fait pas que suivre le parcours de Sandra Bullock dans l’espace, on suit aussi son parcours personnel : dès le début du film, elle explique qu’elle a souhaité fuir sa vie sur Terre qui se résume à faire le deuil de sa fille. En gros, elle n’a plus de raison de vivre (et se laisse même presque mourir dans sa navette). Et lorsque la capsule qui la ramène tremble, brûle et fonce à des milliers de kilomètre-heures dans l’atmosphère, elle se met à rire ! Pas parce que les secousses la chatouillent, mais parce qu’elle est en vie et qu’enfin, elle l’apprécie. Entre le début et la fin, notre héroïne a totalement changé. Au delà des incroyables aspects esthétiques et techniques du film, Gravity raconte aussi un voyage intérieur. Ce serait une erreur de ne pas en dégager l’importance, au même titre que Lucy qui raccorde avec nos cultures et nos origines les plus lointaines. Autrement dit, ces films traitent aussi de ce qui nous lie tous en temps qu’êtres humains : l’instinct de survie, le passé et l’avenir. Beaucoup diront que j’extrapole, mais je trouve que nier ces éléments revient à diminuer ces films, à les rendre petits et insignifiants.

sandra-bullock-dans-gravity-620x0-4

Alors oui, effectivement, les deux : le cinéma est un art qui peut divertir ou faire réfléchir, ou encore c’est un divertissement qui use des techniques et des prouesses de l’art. Certains films sont là pour nous détendre, nous faire rire, passer un agréable moment, et il n’y a rien de mal à ça. D’autres s’attachent uniquement à mettre en valeur l’esthétique. Et d’autres encore mélangent ces deux courants. C’est bel et bien pour cela qu’il existe différents réalisateurs qui se partagent la scène dans des styles bien à eux : Quentin Tarantino, Danny Boyle, David Lynch, Xavier Dolan, Tim Burton, Michael Mann, Alejandro Gonzalez Innaritu, et j’en passe beaucoup trop ! Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’art, de théâââtre ou de cinémaaa qu’on ne doit parler que de grandes choses et faire appel aux “grands genres”. Les grandes choses existe également ailleurs, pour peu qu’on veuille les chercher…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s